Les courriers officiels

Notre pays ne peut pas fermer les yeux devant l’aggravation de la situation en Libye

Silence de la communauté Internationale -

Par / 11 juillet 2019

Lettre au Ministre des Affaires Étrangères

Monsieur le Ministre,

Je souhaite attirer votre attention sur la situation en Libye.

8 ans après la chute de Kadhafi, le pays traverse une 3ème guerre civile avec le Maréchal Haftar, à la tête d’une armée autoproclamée poursuivant ses objectifs du contrôle des ressources pétrolières et de l’instauration d’une dictature militaire. C’est une guerre silencieuse dont la communauté internationale ne semble pas prendre la pleine mesure de la gravité. Une demande de cessez-le-feu portée par l’ONU (votée par la France), est restée sans suite au Conseil de Sécurité en raison du refus des USA. Vous nous l’avez d’ailleurs rappelé lors de votre dernière audition au Sénat.

Pourtant, la tension est à son comble : absence d’Etat organisé, crise humanitaire, commerce humain, esclavage, enjeux pétroliers, terrorisme, armes en libre circulation…sont la triste réalité de ce pays qui n’a pas retrouvé un équilibre depuis l’intervention française de 2011.

Au milieu de tout cela, les migrants et les réfugiés sont en première ligne. Cette année, des milliers d’entre eux, interceptés en mer ont été reconduits en Libye par les gardes côtes libyens alors que personne dans la communauté internationale, ne peut affirmer que la Libye est un pays sûr pour leur sécurité.

Pour preuve, le bombardement aérien d’un centre de migrants près de Tripoli le 2 et 3 juillet dernier. Selon le Haut-Commissariat pour les réfugiés, « les migrants ne doivent pas être en détention, les civils ne doivent pas être des cibles, personne ne devrait être renvoyé en Libye actuellement ». Devant l’aggravation de la situation humanitaire en Libye, le Conseil de Sécurité de l’ONU a rappelé sa profonde préoccupation en évoquant « des crimes de guerre ».

Vous avez toujours considéré Monsieur le Ministre dans vos déclarations qu’un règlement politique entre le Gouvernement d’union nationale et le Maréchal Haftar était souhaitable. Dans ce contexte quelle peut être ou pas notre influence ? Mais dans ces deux cas, comment ne pas s’inquiéter de la condition des migrants ? Notre pays ne peut pas fermer les yeux sur l’aggravation de leur situation en Libye.

Dans l’attente de vos réponses, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de toute ma considération.

Les dernieres interventions

Les courriers officiels Un nouveau cadeau d’Emmanuel Macron à ses amis

Nomination de Dominique Boutonnat à la tête du CNC - Par / 25 juillet 2019

Les courriers officiels Avec le bénéfice du CICE, ces licenciements sont intolérables

Inquiétudes pour l’avenir des salariés du groupe coopératif In Vivo - Par / 11 juillet 2019

Les courriers officiels Pourquoi priver le sud du département des services fiscaux ?

Réforme dews centres de finances publiques dans les Côtes d’Armor - Par / 4 juillet 2019

Les courriers officiels 200 salariés sont actuellement en grève illimitée

Situation du personnel de la protection de l’enfance en Côtes d’Armor - Par / 16 mai 2019

Les courriers officiels Comment ces communes peuvent elles bénéficier de cette nouvelle réglementation ?

Disposition de la loi Elan pour densifier les secteurs déjà urbanisés - Par / 20 mars 2019

Les courriers officiels Ces espaces ont besoin de votre engagement Mme la Ministre !

Situation des lieux d’accueil et d’écoute des Femmes victimes de violence - Par / 12 mars 2019

Les courriers officiels Comment est déterminé la notion de pays sûr ?

Notion de pays sûr dans le cadre du droit d’asile - Par / 21 février 2019

Les courriers officiels La colère des infirmières et infirmiers

Courrier à madame La ministre des Solidarités et de la santé - Par / 22 janvier 2019

Les courriers officiels Budget insuffisant dans le cadre de la lutte contre les violences faites aux femmes

Courrier du 22 novembre 2018, à Mme la Secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discrimination - Par / 30 novembre 2018

Administration