[(12919|non) Pour la première fois de son histoire, la SNCF ne sera plus « chez elle » à la gare du Nord - Privatisation de la plus grande gare d'Europe - Christine Prunaud, Sénatrice des Côtes-d'Armor
dossier Patrimoine national, la SNCF n’est pas à vendre

Servir la finance ou l’intérêt général ? Pour les libéraux du gouvernement comme de la Commission européenne, le transport ferroviaire se résume à une activité marchande, qui doit enfin être soumise à la logique impérieuse du profit, quitte à en finir avec sa mission historique de service public. C’est le sens profond de la réforme de la SNCF engagée par Emmanuel Macron et sa majorité. Une réforme qui prépare de fait le démantèlement et la privatisation de l’opérateur historique. Selon nous, le train relève au contraire de l’intérêt général. Il nécessite un système d’exploitation modernisé, unifié, public, sur un réseau unique, pour garantir une offre cohérente et performante, ainsi qu’une péréquation à l’échelle nationale.

Télécharger le fichier en PDF Télécharger

Les communiqués de presse

Retrouvez ici l’ensemble des communiqués de presse publiés par les élus du groupe CRC.

Lire la suite

Pour la première fois de son histoire, la SNCF ne sera plus « chez elle » à la gare du Nord

Privatisation de la plus grande gare d’Europe -

Par / 10 juillet 2018

Hier, lors d’un conseil d’administration extraordinaire, la SNCF Mobilités a annoncé avoir conclu un accord sur la privatisation de la gare du Nord. Dans la perspective des Jeux Olympiques, la gare doit tripler de volume d’ici 2024. 600 millions d’euros seront investis dans ce projet.

La plus grande gare d’Europe va devenir le fleuron de la politique macronienne en étant la première gare détenue par une entreprise privée. Associée au groupe Auchan via sa filière immobilière Ceetrus, la SNCF ne sera, au terme des rénovations, qu’un actionnaire minoritaire à hauteur de 34% et ce durant 46 ans.

Aucune nouvelle voie ne sera construite, seulement des aménagements sans rapport avec le ferroviaire le seront. La priorité est ainsi mise sur les activités commerciales au détriment du service public et du confort des usagers et personnels.

Pendant le débat sur le pacte ferroviaire, notre groupe avait posé la question à Madame la Ministre sur la possible privatisation des gares. Madame Borne avait répondu que les gares seraient incessibles et inaliénables, car elles étaient le patrimoine de la France. Moins de deux mois après, alors que l’encre du nouveau pacte ferroviaire n’est pas encore sèche, cette promesse s’est déjà envolée.

La filialisation de Gare et Connexions autorisée par le pacte ferroviaire il y a à peine quelques semaines risque de voir cette situation se reproduire partout dans le pays là où du profit pourra être réalisé.

Cette décision est un affront aux mois de grèves et de mobilisations des cheminots et usagers qui s’opposent à la destruction du rail public.
Les gares appartiennent au patrimoine commun, nous nous battrons une fois encore pour qu’elles demeurent sous la responsabilité du service public ferroviaire.

Les articles du dossier

Les communiqués de presse Exigeons son maintien !

Manifestation en faveur de la maternité de Guingamp - Par / 1er décembre 2018

Les communiqués de presse Un nouvel acte de mépris à l’égard des personnes en situation de handicap

Rejet de notre proposition de loi visant à mieux indemniser les allocataires de l’AAH - Par / 26 octobre 2018

Administration