Les communiqués de presse

Retrouvez ici l’ensemble des communiqués de presse publiés par les élus du groupe CRC.

Lire la suite

La réquisition des grévistes, dernière arme du gouvernement et de la droite face aux mouvements sociaux

Atteinte au droit de grève -

Par / 5 février 2020

Alors que la mobilisation contre la réforme des retraites se poursuit dans tout le pays, la commission spéciale à l’Assemblée nationale examine les deux projets de loi frappés par la procédure accélérée décidée autoritairement par le gouvernement.

Les salariés de nombreux secteurs sont encore en grève comme dans trois usines d’incinération d’Ile-de-France dont les fours sont à l’arrêt depuis le 23 janvier. Cette action collective reposant sur la reprise en main des outils de travail et l’objectif d’une plus grande visibilité du mouvement, inquiète le pouvoir au point que le gouvernement décide de recourir à la réquisition des salariés grévistes. Hier, le préfet de police de Paris a reconduit son arrêté de réquisition du personnel en date du 31 janvier jusqu’au 7 février inclus, en raison, selon lui, de l’atteinte portée à la salubrité publique. Cette décision autoritaire est une atteinte inacceptable contre le droit de grève et la marque d’une dérive antidémocratique du gouvernement.

Hier, alors que l’arrêté de réquisition du préfet de police de Paris à l’encontre des grévistes des usines d’incinération était reconduit, une proposition de loi visant à renforcer le dispositif de service minimum dans les transports était débattue et adoptée au Sénat, à l’initiative de Bruno Retailleau soutenu par les sénateurs de droite et du centre. L’objectif : restreindre encore le droit de grève et user de la réquisition des grévistes si le service minimum n’était pas garanti.

Les sénatrices et sénateurs du groupe CRCE ont combattu avec force ce texte, par le biais notamment d’une motion d’irrecevabilité constitutionnelle qui n’a pas recueilli la faveur de la majorité parlementaire au Sénat. Pourtant, c’est une provocation et une atteinte inacceptables contre le droit de grève constitutionnellement reconnu.
L’attitude passive du gouvernement, représenté par le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Djebbari, a d’ailleurs renforcé notre inquiétude, d’autant que nous avons eu la surprise d’apprendre, au cours des débats, qu’une « mission » sur le service minimum dans les transports en cas de grève avait été lancée par le gouvernement !

Face à ces attaques de la droite et du centre du Sénat et des menaces du gouvernement contre le droit de grève dans les transports, les sénatrices et sénateurs du groupe CRCE restent particulièrement vigilants contre toute remise en cause de ce droit constitutionnel.

Ils continuent également le combat contre les projets de loi réformant notre système de retraites, profondément injustes et antidémocratiques. Les sénatrices et sénateurs du groupe CRCE sont présents aux côtés des salariés grévistes et des manifestants aujourd’hui comme dans les prochains jours, pour exiger toujours le retrait de cette réforme !

Les derniers communiqués

Les communiqués de presse Une avancée qui doit être confirmée à l’Assemblée nationale

Adoption par le Sénat de notre proposition de loi rehaussant les APL - Par / 4 juin 2020

Les communiqués de presse Pour que cesse la banalisation du risque industriel  

Rapport de la commission d’enquête sénatoriale sur l’incendie de l’usine Lubrizol - Par / 4 juin 2020

Les communiqués de presse Au-delà de la situation dans nos hôpitaux, nos craintes sur cette loi sont multiples

Loi d’urgence sanitaire portant diverses dispositions de lutte contre le coronavirus - Par / 25 mars 2020

Administration