Les communiqués de presse

Retrouvez ici l’ensemble des communiqués de presse publiés par les élus du groupe CRC.

Lire la suite

Accord entre la majorité du Sénat et le gouvernement pour la casse du service public ferroviaire

Ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs -

Par / 29 mars 2018

La proposition de loi Maurey témoigne de la course contre la montre, engagée par la majorité sénatoriale, pour être la première chambre à entériner l’ouverture à la concurrence et les changements de statut au sein de l’entreprise publique SNCF, engageant sa vente à la découpe.

Nous souhaitons faire entendre une autre voix dans ce concert libéral qui transpose avec zèle les directives européennes, alors même que les dangers sont grands en termes d’offre pour les usagers, de sécurité, de couverture de l’ensemble du territoire, de tarification.

Après la téléphonie, l’énergie, le fret ferroviaire, ce sont maintenant les transports voyageurs ferroviaires qui sont visés par la libéralisation pour permettre aux entreprises privées de faire des profits, comme ce fut le cas avec la privatisation des autoroutes.

Nous nous opposons à cette logique en portant un tout autre projet. Des propositions que les sénateurs du groupe CRCE ont été seuls à porter durant les débats permettant d’engager des financements nouveaux pour le service public ferroviaire et de réponse aux nouveaux besoins de mobilité et de transition écologique.

80 ans après la création de la SNCF, la question est posée : quelle place donne-t-on au rail ?

A nos yeux, le fer reste un outil puissant de désenclavement des territoires, de lien entre les territoires et les hommes, un élément de la promesse d’égalité de nos concitoyens.

Par ailleurs, voulons-nous toujours plus de camions sur nos routes ? Toujours plus de bus sur les axes auparavant desservis par des lignes de trains ? Ce modèle libéral du laisser- faire, du désengagement public et donc de casse de l’outil industriel, préparant la concurrence n’est écologiquement pas soutenable pour les générations futures.

Le train relève de l’intérêt général et nécessite un système d’exploitation unifié sur un réseau unique pour garantir une offre cohérente et performante, une péréquation à l’échelle nationale.

Les sénateurs du groupe CRCE ont donc voté contre cette proposition de loi.
Ils ont annoncé qu’ils seront si le gouvernement poursuit dans la voie des ordonnances, les plus farouches opposants à ces projets funestes pour le service public ferroviaire, les principaux opposants à cette balkanisation de l’entreprise historique, à la concurrence mortifère et des opposants au changement de statut de l’entreprise historique, prélude comme à chaque fois, de la privatisation et de sa soumission aux impératifs des marchés financiers contre l’intérêt des peuples.

Des opposants enfin, à la suppression du statut des cheminots, qui ouvre le piège du tous contre tous. Nous affirmons que l’harmonisation sociale doit se faire par le haut. Alors que la politique mise en œuvre par le Président Macron est une politique de classe au service des plus riches, nous n’acceptons pas la mise en cause des agents du service public et l’idée que ce seraient eux les privilégiés.

Les derniers communiqués

Les communiqués de presse Ce régime me fait penser au Chili de Pinochet

Déplacement d’une délégation d’observation des élections en Turquie - Par / 26 juin 2018

Les communiqués de presse Un affront pour la République

Visite officielle du président du Parlement ukrainien - Par / 11 juin 2018

Les communiqués de presse Fraude et évasion fiscale : le Sénat rate le coche

Proposition de résolution pour une Conférence des parties de la finance mondiale - Par / 8 mars 2018

Administration